Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 459 invités et aucun membre en ligne

International

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Après l’annonce de poursuites contre treize Russes pour complot, les journaux américains dénoncent une « absence de leadership » de Trump.

Il n’y croyait pas. Dans une interview accordée au Time en décembre 2016, Donald Trump, alors qu’il n’était encore que « président élu », l’avait affirmé sans détour : « Je ne pense pas qu’ils aient interféré dans l’élection. » Ils, c’était les Russes. M. Trump, à qui les services de renseignement n’avaient pas encore présenté un dossier sur les interférences, avait ajouté : « Ça pourrait être tout autant la Chine. Ou un type obèse assis sur son lit au fin fond du New Jersey », disculpant en une phrase le Kremlin de toute velléité interventionniste.

Add a comment

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

La peine capitale a été requise à l’encontre de 147 militants du principal parti de l’opposition jugés devant le tribunal de grande instance de Mongomo depuis lundi.

Le procureur de la République a requis la peine de mort pour 147 opposants ont des cadres du parti Citoyens pour l'Innovation (CI), principal du parti de l’opposition, a annoncé leur avocat.

Ils sont poursuivis pour édition, attentat contre l'autorité, désordre public, blessures graves et dégâts.

Pour le principal parti, une trentaine d’entre eux arrivaient à se tenir à peine sur pieds en raison des tortures subies au sein de leur prison au commissariat centrale de Malabo, surnommé « Guantanamo »,

Add a comment

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le président sud-africain Jacob Zuma a annoncé mercredi sa démission après des semaines d'un féroce combat avec son parti le Congrès national africain (ANC), pressé de tourner la page de son règne de neuf ans terni par les scandales de corruption.

Après une ultime bravade télévisée dans l'après-midi, le chef de l'État a mis fin en soirée à la crise qui paralysait le pays et obtempéré aux ordres de son parti, qui le menaçait d'un vote de défiance au Parlement.

«J'ai décidé de démissionner du poste de président de la République avec effet immédiat, même si je suis en désaccord avec la direction de mon organisation», a déclaré M. Zuma lors d'une allocution retransmise en direct à la télévision.

Add a comment