Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 328 invités et un membre en ligne

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L'Italie a besoin de l'Europe : le ministre italien de l'Intérieur Marco Minniti a appelé les pays européens, dimanche, à assumer une part du poids migratoire qui pèse sur la péninsule, en ouvrant notamment leurs ports aux migrants.

Confrontée à une pression migratoire en hausse par rapport à 2016, l’Italie a besoin de l’aide de ses voisins européens. C’est le sens de la déclaration du ministre italien de l'Intérieur, Marco Minniti, qui a appelé dimanche 2 juillet à ce que d’autres pays ouvrent leurs ports aux bateaux secourant les migrants, mettant un peu de la pression qui pèse sur Rome sur ses homologues français et allemand, qu’il doit rencontrer dimanche soir à Paris.

"Je suis un europhile et je serais fier si même un seul bateau, au lieu d'arriver en Italie, allait dans un autre port", a déclaré Marco Minniti lors d’une interview au quotidien Il Messaggero (article réservé aux abonnés).

Avec Gérard Collomb et Thomas de Maizière, il doit discuter à Paris d'une "approche coordonnée" pour aider l'Italie à faire face à l'afflux de migrants.

L'Italie a enregistré depuis le début de l'année plus de 83 000 arrivées de migrants, soit une hausse de plus de 19 % par rapport à la même période en 2016, en provenance de Libye pour la plupart.

Le haut-commissaire de l'ONU aux réfugiés, Filippo Grandi, avait lancé un appel similaire dans un communiqué publié le 1er juillet. Il réclamait une "approche régionale concertée et commune" à un "problème d'importance internationale". "Nous sommes seulement au début de l'été, et sans action collective, nous ne pouvons que nous attendre à plus de tragédies en mer", a-t-il prévenu, soulignant que "2 300 personnes ont perdu la vie dans la Méditerranée depuis le début de l'année".

Avec AFP