Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 538 invités et aucun membre en ligne

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Mais qui pour les acheter ? C’est la grande question, quand au 21e siècle, des marchés s’ouvrent quelque part dans le Monde pour recevoir cette marchandise humaine. La traite des Noirs est de nouveau d’actualité, quand l’humanité se croit au sommet de ses ambitions, en termes de civilisation et d’humilité.

 Pour qu’il y ait capture et vente d’esclavages, il faut bien qu’il y ait des acquéreurs, l’occasion fait le larron. A qui s’adresser ? Aux Etats Unis où nos frères sont toujours abattus comme des mouches par une  police dressée,  mobilisée pour sévir contre l’espèce ? Dans les pays du Maghreb, notamment en Tunisie et en Algérie, les traitements infligés aux noirs n’est pas un fait isolé, nous en savons des pires. L’origine du mal, c’est en Afrique où les régimes politiques constituent un mal absolu.

Le chômage des jeunes, la grande pauvreté dans les foyers, le manque d’espoirs, le stress révoltant, tout cela explique le départ massif de nos enfants vers une Europe plus cruelle. Autant de raisons qui doivent ramener les chefs d’Etat africains à une prise de conscience de leurs charges et de leur mission. Hier, c’était la mer qui les avalait, quand ils échappent aux crimes des passeurs.

Aujourd’hui, c’est une nouvelle Traite qui est ouverte pour les vendre à des acheteurs qui savent comment et où les utiliser. L’on en revient à ce péché originel supposé de la race noire, considérée comme  portant les stigmates de la damnation. S’il ya un tiers-Monde c’est l’Afrique, toujours à la traîne de l’humanité, vivant d’expédients ou d’aides résiduelles des puissances nanties qui décident de son développement ou de sa déchéance. Imaginez, la ruée des chefs d’Etat africains au sommet de la Francophonie, pour faire allégeance.

Un sommet où le dernier mot revient toujours au président français. Fondée sur la langue française, cette francophonie  englobe aujourd’hui  la vie économique et politique de nos Etats. Aussi faudrait-il souligner que  les fonds de développement alloués à  nos Etats donnent lieu à des plaidoyers pitoyables aux portes de l’Europe. Qui, pour voler au secours des vendeurs d’esclavages noirs, dans une Afrique asservie exploitée et vidée chaque jour de ses ressources ? Serait-on seulement devant l’un des signes précurseurs de la fin du Monde ?

Thierno Dayèdio Barry, pour ramatoulaye.com