Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 520 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le gouvernement guinéen a procédé ce lundi 21 juin, à la signature de l’accord de financement pour la stabilisation macroéconomique et la relance de la croissance économique avec la Banque mondiale. Une enveloppe de 40 millions de dollars devant appuyer la relance post Ebola par la promotion des réformes dans les secteurs de l’agriculture, la santé, les mines, l’énergie, les finances publiques et l’audit interne.

 

C’est la salle de conférence du ministère des Finances qui a servi de cadre à ladite cérémonie. Du côté du gouvernement, c’est la ministre de l’Economie et des Finances, Maladho Kaba qui a signé lesdits documents et également, Rachidi Radji au nom de la Banque mondiale en sa qualité de Représentant de cette institution. 

 

Selon M. Radji, cet appui est l’illustration du partenariat actif entre son institution et le gouvernement guinéen dont l’économie a souffert de plusieurs chocs au cours des années passées. Entre autres l’épidémie Ebola et la baisse des prix des matières premières. 

 

Plus loin, il a également fait savoir que cet appui budgétaire sera suivi d’un autre dans un délai de 18 mois. Pour cela, il a invité le gouvernement à maintenir une attention forte sur la poursuite des réformes afin dit-il « qu’elles servent de base pour consolider les présupposés pour les partenaires techniques et financiers pour que ceux-ci continuent à mettre à la disposition de la Guinée, des appuis fongibles dans les années à venir ». 

 

« Cet appui était attendu », a laissé entendre la ministre de l’Economie, Maladho Kaba. Elle précisera en substance que cet appui budgétaire permettra de soutenir les investissements nécessaires à la croissance économique, de reconstituer les réserves en devises qui ont été impactés à la suite de la baisse des matières premières et avec un effet indirect de l’épidémie d’Ebola. 

 

Se réjouissant de ce soutien de la Banque mondiale, Dame Maladho a tout de même rappelé que cet appui concrétise les réformes structurelles importantes réalisées par le gouvernement dans divers domaines en dépit de certaines lenteurs.

 

 guinneenews