Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 596 invités et aucun membre en ligne

Culture

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Fanta Sangaré, connue également sous le nom d’Hadja Traoré selon ses détracteurs, a été appréhendée hier, le jeudi 22 juin 2023, à Conakry, dans le cadre d'une affaire pour le moins rocambolesque. Cette femme, célèbre pour ses prétendus pouvoirs de guérison miraculeuse, aurait été arrêtée et conduite au commissariat de la banlieue de la capitale.

Selon nos sources, Fanta Sangaré est accusée d'avoir escroqué la somme considérable de 148 millions de francs guinéens depuis l'année 2020. Les faits qui lui sont reprochés remontent à une période où elle était active dans le milieu des affaires en Guinée.

Témoignage troublant d'un proche de la plaignante : "Ma sœur l'avait rencontrée à l'époque pour régler ses problèmes. Fanta lui avait alors affirmé qu'au lieu de souffrir pour effectuer le paiement, elle disposait d'un vaste domaine regorgeant de trésors susceptibles de couvrir les frais. Ainsi, Fanta, accompagnée de son équipe et de ma sœur, s'étaient rendues à Djankana. Sur place, ils avaient creusé et découvert ce qui semblait être un important trésor, constitué de 42 kilogrammes d'or. La dame réclamait alors un milliard de francs guinéens. N'ayant pas les moyens de s'acquitter de cette somme, ma sœur n'a pu la payer. Fanta avait cependant exigé un acompte de 100 millions de francs guinéens. Avec ruse et malice, elle avait alors déclaré au groupe qu'elle devait effectuer un sacrifice aux djinns sur place à Djankana. Elle nous avait également réclamé 45 millions de francs guinéens supplémentaires pour l'achat des bœufs. Avant de quitter Conakry, nous lui avions remis 4 millions de francs guinéens. Depuis cette opération à Djankana, nous n'avons plus jamais revu la dame. C'est sur les réseaux sociaux que nous

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Lors du débat d'orientation constitutionnelle à l'hémicycle ce mardi 23 mai, la Coalition pour la Promotion des Langues Maternelles (CoLaM), ainsi que d'autres organisations de la société civile de Guinée, a formulé des recommandations aux conseillers du Conseil National de la Transition (CNT) concernant la future constitution du pays.

Le principal sujet de discussion abordé par la CoLaM a été le statut des langues dans la thématique de la forme de l'État. Trois options ont été présentées : le maintien du statu quo avec le français comme langue officielle, l'officialisation des langues nationales, ou la convergence vers une langue nationale dominante, explique Ibrahima Konaté, coordinateur de la CoLaM.

« Voulez-vous que la langue française, une langue parlée en France, soit toujours utilisée par les autorités pour s'adresser au peuple de Guinée ? Souhaitez-vous que votre langue, ainsi que celles de vos compatriotes guinéens, soient utilisées directement dans les bureaux, les tribunaux, l'assemblée nationale, etc. ? Préférez-vous choisir une seule langue guinéenne parlée par un plus grand nombre de personnes et que tout le monde utilise cette langue ? Si vous posez ces questions aux citoyens, il est indéniable que la majorité optera pour la deuxième option, c'est-à-dire l'officialisation des langues nationales. », a-t- Il souligné

Selon, lui, Pour la Coalition pour la Promotion des Langues Maternelles, le choix est déjà fait :

« Nous soutenons l'officialisation des langues nationales en République de Guinée. C'est un choix naturel puisque nous avons naturellement en Guinée plusieurs communautés riches en diversité linguistique, ce qui équivaut à une diversité culturelle. Comme l'a dit Ahmed Sékou Touré, la réhabilitation et la valorisation des cultures africaines grâce à la pratique des langues africaines sont des impératifs pour les États africains. L'utilisation de ces langues permettra aux masses laborieuses, forces de progrès, de maîtriser la science, la technique et la technologie, qui sont les facteurs clés du développement de nos pays. », a rappelé Ibrahima Konaté.

Il est dit ailleurs par Cheik Anta Diop poursuit-il : « Aucun peuple sérieux ne peut prétendre se développer dans la langue et la culture d'autrui ». De même, Solomana Kanté, inventeur de l'écriture N'ko, affirme : « Ce que nous pouvons apprendre en trois ans à travers une langue étrangère, nous pouvons l'apprendre en seulement trois mois dans notre langue'. »

Depuis des décennies, nous sommes contraints d'apprendre et de nous exprimer dans une langue étrangère. C'est la raison pour laquelle le niveau des élèves diminue jour après jour et que le peuple ne participe pas suffisamment au développement du pays, simplement parce que la langue qui lui est imposée est celle d'un autre.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

La Guinéenne Natu Camara n’a pas froid aux yeux, et déborde d’ambition et de talent pour se faire sa place sur le féroce marché américain. Surnommée la "Tina Turner" de Guinée, l’ancienne rappeuse et activiste féministe vit son rêve à fond, sans oublier d’où elle vient, ni de rendre hommage à ceux qui l’inspirent dans son parcours. Toujours avec le sourire, Camara est une battante, malgré les épreuves de la vie. Portrait.

Lycée français de New York, lundi 20 mars. Dans un Auditorium plein à craquer, Natu Camara fait bouger, par sa musique et son énergie, toutes les générations de fans présents pour célébrer la Francophonie avec l’une des artistes montantes de la scène africaine.

Français, Guinéens, Sénégalais, Afro-Américains, Camerounais, tout le monde a le sourire aux lèvres, et une bonne dizaine rejoignent la scène à l’appel de l’artiste et s’enjaillent comme jamais. "Je vis la musique pour échanger avec les autres, pour que les gens se mélangent, sourient, passent un moment où ils s’amusent en étant eux-mêmes, sans se préoccuper du regard des autres", sourit Camara, toujours pleine d’enthousiasme.

Mais l’artiste née à Conakry n’a pas toujours eu une vie facile, semée d’embûches et d’épreuves, qui l’ont amenée de l’Afrique au pays de l’Oncle Sam, où sa popularité ne cesse de croître.

Premier groupe

Née dans un quartier populaire de la capitale, Natu Camara tombe amoureuse de la musique lors des cours de chant à école, mais son envie de créer n’est arrivée qu’au lycée, avec l’influence du hip hop. "Avec quatre amies, en seconde, on a décidé de créer un groupe, les Ideal Black Girls qui était le premier collectif féminin de ce genre musical en Afrique de l’Ouest, précise-t-elle. Tout s’est passé

Add a comment