Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 286 invités et aucun membre en ligne

Société

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

En Guinée, une grande partie des mères de famille, comme Aïssata se lèvent tôt pour aller chercher de quoi nourrir leurs enfants. Reportage.

Chaque matin, Aïssata Camara s’installe dans ce petit coin du marché de Sangoyah, un des nombreux lieux de commerce de la capitale guinéenne Conakry. Cette mère de sept enfants, vendeuse de kaolin et de médicaments traditionnels, quitte sa maison tous les jours à six heures du matin pour n’y revenir qu’en milieu d’après-midi.

« J’habite au quartier Entang. C’est loin. Je paie 10 000 francs guinéens (615 francs CFA) à un conducteur de taxi-moto pour m’amener au marché », explique-t-elle à APAnews.

Mais avant de quitter la maison, Aïssata laisse 40.000 francs guinéens (GNF), l’équivalent d’environ 2500 francs Cfa à sa fille aînée pour la dépense journalière dont 10.000 GNF pour le petit déjeuner.

Son mari, un chauffeur de profession, souffrant de rhumatisme, est rentré dans son village par manque de travail et de revenus. « Même avant que mon mari ne rentre au village, c’est moi qui m’occupais des enfants. Avant, il conduisait pour un patron. Mais depuis 2009, il a perdu son emploi. Depuis 2015, il est malade et est allé au village pour se soigner », martèle Aïssata.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Conakry, le 8 Mars 2020 – Citoyennes, Citoyens,               

Chers compatriotes, Mesdames et Messieurs,

 Ce dimanche 08 mars 2020, l’humanité célèbre la Journée Internationale de la Femme, sous le thème « je suis de la Génération Egalité : levez-nous pour les Droits des Femmes ».

 En effet, cette importante journée marque la reconnaissance par les Etats de la légitimité des droits fondamentaux de la femme.

 Cette année, la célébration de ladite journée coïncide avec des faits historiques marquant l’évolution de la situation des femmes depuis la Conférence Mondiale de Beijing en 1995. Il s’agit :

 Sur le plan international, du 25ème anniversaire de la Déclaration et du Programme d’Actions de Beijing, du  20ème anniversaire de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité de l’ONU sur « Femmes, Paix et Sécurité » et du 10ème anniversaire de la création de l’ONU-Femmes.

 Sur le plan régional, l’année 2020 marque la fin de la Décennie de la Femme Africaine (2010-2020).

 Au plan national, il y’a lieu de réjouir des efforts continus de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Professeur Alpha CONDE à travers l’amélioration de l’accès au crédit, la création d’infrastructures socio professionnelles et la couverture sociale en faveur des femmes.

A cela s’ajoute l’amélioration du Cadre Juridique favorable à la protection des Femmes.

 Chers compatriotes,

Mesdames et Messieurs,

 Le sens de la célébration de cette année est l’évaluation par la Communauté Internationale, des progrès accomplis par les Etats en matière de Droits des femmes depuis la 23ème session extraordinaire de l’Assemblée Générale des Nations Unies consacrée aux Femmes à l’an 2000 : Egalité entre les Sexes, le Développement et la Paix au 21ème siècle,

 Aussi, il sera question de mettre en relief les grandes avancées enregistrées dans la dynamique du mouvement mondial pour l’égalité des sexes dans le cadre de la

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

L’Arabie saoudite a suspendu aujourd’hui le pèlerinage de la oumra toute l’année, craignant que le coronavirus ne se propage dans les villes les plus sacrées de l’islam.

La oumra – qui, contrairement au hadj, peut être entreprise à tout moment de l’année – attire chaque année des millions de pèlerins musulmans en Arabie saoudite.

Mais l’Etat du Golfe a décidé aujourd’hui de « suspendre temporairement la Oumra pour les citoyens et les résidents du royaume », ont déclaré les médias officiels.

Les visiteurs sont également interdits de «visites à la mosquée du Prophète à Médine», a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

L’Arabie saoudite a confirmé lundi son premier cas de nouveau coronavirus après que l’un de ses citoyen rentré de l’Iran ait été testé positif.

Add a comment