Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 245 invités et aucun membre en ligne

Politique

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

S’exprimant dans l’émission ‘’les Grandes gueules’’ de la radio Espace Fm, mardi dernier, le ministre secrétaire général à la présidence a frappé à coups de verges la sortie de la France dénonçant le double scrutin du 22 mars. Kiridi Bangoura, n’est pas allé du dos de la cuillère pour recadrer l’hexagone. (Ci-dessous un extrait de son intervention)

« Ce qui est clair, c’est que les relations internationales sont fondées sur deux principes, le principe de la souveraineté des Etats et les relations que ces États établissent librement, les uns avec les autres. Et dans ce cadre-là, le gouvernement guinéen prendra toutes ses responsabilités et en termes de souveraineté, et en termes de relations que nous entretenons avec la France, avec la Chine et avec n’importe qu’elle organisation internationale à laquelle nous sommes parties prenante. Nous sommes sereins parce que nous estimons que dans ce genre de processus et dans ce genre de contexte, il est tout à fait normal que nos partenaires donnent leurs points de vue et leurs points de vue sont pris en compte. Nous sommes attentifs Et nous sommes en relation avec eux pour discuter de tout cela.

Qui a rendu les élections non inclusives? Est-ce que c’est le gouvernement qui a interdit à des partis politiques de ne pas participer aux élections ? Ce sont les partis politiques qui ont décidé librement de ne pas participer aux élections.

La France a son jugement sur la Chine, sur les Etats-Unis, sur la Suisse voisine, sur la Belgique voisine. Elle a son jugement, son principe et son ressenti avec les uns et les autres. Nous tenons compte de son point de vue parce que c’est notre partenaire, pas parce que c’est l’ancienne puissance colonisatrice. Nous avons à nous expliquer avec

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le double scrutin référendaire et législatif, a eu lieu le dimanche à Conakry, sous haute tension. Au moment que le vote se passait tranquillement dans certains endroits, dans d’autres on enregistrait des violences.

Ça aura lieu, ça n’aura pas lieu, finalement ça a lieu. Après une année d’agitation, autour du referendum et des législatives, une partie des Guinéens, s’est rendu aux urnes dimanche dernier.

Du centre-ville (Kaloum) à Entang en passant par l’autoroute Fidèle Castro, on note une affluence des électeurs dans quelques bureaux de votes.

A Kountia dans la commune de Dubréka, des manifestants qui avaient commencé à attaquer des bureaux de vote ont vite été maitrisé par des agents de sécurité. Rencontré à quelques mètres de chez lui, Michel Kamano, électeur accepte de raconter sa mésaventure.

« On avait commencé à voter. Des jeunes ont commencé a jeté des pierres sur nous. Mais la police à coup de gaz lacrymogène a puis les maitriser. Il y a eu plusieurs arrestations. Je rentre à la maison, je vais attendre un peu, voir si l’atmosphère change, je vais revenir pour voter », avait-il confié dimanche matin à notre reporter.

Cependant, en haute banlieue, la route Leprince est restée quasi déserte. Pendant notre passage, aucun bureau de vote n’était visible entre les quartiers Bambéto-Cimenterie, en passant par Cosa. Dans ces endroits, les matériels de vote ont été brûlés et des accrochages sont enregistrés entre manifestants et forces de l’ordre. Bilan, six

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Déclaration-La Guinée saigne. La Guinée pleure ses morts. Elle pleure ses enfants tombés sur le champ d’honneur. Alpha Condé, en dépit des appels incessants de son peuple et de la communauté internationale, a tenté de perpétrer son Coup d’État constitutionnel.

En pleine épidémie de coronavirus, il a organisé un simulacre de vote, un simulacre de référendum qui n’était cautionné par personne, par aucune des organisations internationales (CEDEAO,UE, UA, OIF, ONU), qui n’avait pour seul objectif que de le maintenir à vie sur ce qu’il pense être son trône.

Alpha Condé est prêt à toutes les folies pour mourir au pouvoir, quitte à transformer son pays en un cimetière. La Guinée est meurtrie, mais elle est toujours debout. Car bien entendu, le vaillant peuple de Guinée ne s’est pas laissé faire. Une fois de plus, il a
démontré sa traditionnelle bravoure. Partout dans le pays, de Conakry à Nzérékoré en passant par Kindia, Mamou, Labé, Kindia, Macenta, Boké, Boffa, Forécariah et Dubréka entre autres, il est sorti dans les rues pour empêcher le coup d’État constitutionnel.

Fidèle à sa Constitution qui lui prescrit en son article 21 la résistance à l’oppression, il s’est levé avec courage pour dire non, et mille fois non plutôt qu’une, à cette forfaiture. Il a bravé les balles des forces de l’ordre qui ont arrêté massivement, tiré aveuglément, molesté cruellement, tuant au moins 10 personnes et blessant par balles plusieurs
dizaines.

Add a comment