Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 284 invités et un membre en ligne

Politique

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le chef de fil de l’opposition était l’invité de la radio lynx Fm en ce début de semaine, dans cet entretien le président de l’UFDG, a écossé les problèmes qui opposent la CENI à l’opposition plurielle, il est également revenu sur les échange qu’il a eu avec les ambassadeurs accrédités en guinée pour sortir de cette crise politique qui mine de plus en plus le pays. Interview.

La CENI et opposition plurielle.

Cellou : Le président de la CENI a beaucoup de pouvoirs lorsqu’il ne peut pas faire preuve d’indépendance, l’impartialité et qu’il obéît comme il le fait maintenant aux instructions de la mouvance, il ne peut pas vraiment incarner l’esprit et la lettre de cette loi qui essaye de faire en sorte que cette CENI puisse tenir la balance égale entre les différents participants à une élection.

Nous avons vu que M. KEBE a violé à plusieurs reprise son serment :la loi portant création de la CENI et le code électoral, nous avons demandé à ce qu’il soit remplacé. Aujourd’hui, le conflit majeur qui est à la source toute les tensions que nous vivons aujourd’hui, c’est le changement de constitution qui ne se justifie pas, qui est illégale qui est inopportun et qui n’a aucun intérêt pour la Guinée sauf donner la possibilité à Alpha Condé de briguer un troisième mandat en 2020.

Donc, nous avons dit que nous ne voulons pas aller à cette mascarade. On a suffisamment mis en évidence le caractère absurde de ce fichier, j’ai donné deux chiffres, d’abord l’audite qui avait révélé qu’il y avait trois (3) millions cent électeurs qui n’étaient pas dé doublonnés, il y avait 1562 000 électeurs qui n’avaient pas de donner biométrique. Et la mission d’audit avait recommandé fortement aux autorités de ce pays, de faire en sorte que tous les électeurs reviennent pour qu’on puisse éliminer d’office et les doublons et les personnes irrégulièrement enregistrées. Mt. Kébé a refusé d’appliquer cette recommandation

Nous avons un fichier tellement gonflé qui représentant 68% de la population. Il n’y a pas un seul pays dans la sous-région ouest africaine dont le corps électoral rapporté à la population dépasse 42%, avec ce fichier là où on va ? ça signifie qu’il y a beaucoup de doublons, il y a beaucoup d’enfants, mais personne n’a accès à ce fichier sauf des personnes que M. Alpha Condé a recrutées et à qui, il a confié la gestion de ce fichier. Même madame Camara qui est directrice du département fichier a avoué publiquement au grande gueule qu’elle n’a pas accès aux fichiers. Donc on ne peut pas aller à une mascarade comme celle-là. C’est ça la position de l’UFDG, c’est ça la position de l’opposition.

Quand même par rapport à c’est négociation, il se dit qu’il y a eu des diplomate et d’autre représentant des institutions internationales que nous avons vu venir chez vous la semaine dernière pour vous faire des propositions pour relancer le dialogue avec le gouvernement. Qu’est-ce qu’ils ont concrètement proposé ?

J’ai reçu l’Ambassadeur du royaume uni qui vient d’être affectée à Conakry qui avait voulu prendre contact avec moi, en tant que chef de fil de l’opposition, il a souhaité obtenir ma lecture de

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le représentant du secrétaire général des Nations Unies en Afrique de l’Ouest, Ibn Chambas a, au cours d’une rencontre avec le Front national pour la défense de la constitution (FNDC), ce lundi à Conakry, appelé les Guinéens à « chercher rapidement les voies et moyens » pour sortir de la crise qui secoue le pays ces derniers mois.

« Je leur ai transmis les préoccupations des Nations Unies sur les violences,  les tueries, les violations des droits, les destructions des biens publics et privés en cours en République de Guinée. J’ai partagé avec eux les efforts du secrétaire général des Nations Unies pour le retour au calme, la paix et la sécurité en République de Guinée », rapporte au sortir de la rencontre l’émissaire du SG de des nations unies, tout en rappelant que lors de sa dernière visite, Antonio Guiterres avait plaidé pour la libération des leader du FNDC, le dialogue constructif autour des élections,  le renforcement des acquis démocratiques et l’apaisement du climat politique.

« J’ai par ailleurs fait observer qu’au regard de la situation de notre sous-région notamment dans le Mano River où la paix est encore fragile, on ne peut pas se permettre une crise en République de Guinée. J’ai rappelé que nous avons cinq autres

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

La détermination du gouvernement guinéen à opérer un coup d’État constitutionnel est sans limite. Depuis le début des manifestations d’ampleur en octobre 2019, le pouvoir use de toutes les formes de violence inouïe pour réprimer les contestations populaires et légitimes. Bilan: 33 personnes tuées et plus de soixante blessés graves !

La violence d’État planifiée par le clan opposé à l’alternance démocratique en Guinée n’est plus à démontrer. Toutes les graves violations des droits humains sont permises: l’instrumentalisation
de la justice, des persécutions, des humiliations, des arrestations arbitraires, des emprisonnements, la torture, des tueries à balle réelle et l’usage des armes de guerre dans la répression des manifestations publiques.
Le Président Alpha Condé, soutenu par son Premier Ministre Ibrahima Kassory Fofana, son Ministre en charge de la Défense Mohamed Diané, son Ministre en charge de la Sécurité
Damantang Albert Camara, son Ministre en charge de l’administration du territoire Bouréma Condé et l’ensemble de son gouvernement, a donné carte blanche aux forces de défense et de
sécurité pour commettre des exactions contre les opposants au 3ème mandat.
Le FNDC dénonce les abus d’autorités, la persécution et l’instrumentalisation de tout l’appareil d’État notamment dans les villes de l’intérieur du pays en vue de réprimer, diviser, manipuler et intimider les populations. C’est pourquoi à :
Faranah: 12 membres de notre antenne locale ont été arrêtés à Maréla depuis les 15/16 octobre 2019, jugés le 23 octobre et condamnés à 1 an de prison ferme et plus 11 millions
GNF d’amende, de dommage et intérêt. Neuf d’entre eux ont été transférés et emprisonnés à Kankan en attente de leur procès en appel.
Dabola: Neuf de nos membres arrêtés le 13 janvier ont été déplacés de leur juridiction pour être détenus loin de leur famille à Faranah où ils ont été jugés de façon expéditive le 20 janvier. Trois d’entre eux ont été acquittés et 6 condamnés à 6 mois de prison

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 (Déclaration)

La désobéissance civile contre le coup d’État constitutionnel a été largement suivie par  les populations dans plusieurs villes du pays.
Rien n’arrêtera la résistance citoyenne engagée contre le 3ème mandat jusqu’à l’abandon total de ce projet illégal et inopportun. Ce mardi 28 janvier, la protestation populaire s’est poursuivie de plus belle dans plusieurs villes du pays notamment à Conakry, Boké, Boffa, Dubreka, Tanéné, Kindia, Coyah, Kolabougni, Kamsar, N’zérékoré, Mamou, Pita, Dalaba, Labé, Koubia, Dabola, Dinguiraye, Fria, Kouriya, Sangarédi, Manéa, Gaoual, Lelouma et Koundara.

Toutes les activités administratives et commerciales ont été totalement ou partiellement paralysées dans ces localités.
La situation était particulièrement tendue dans les préfectures de Kindia et de Dubréka plus précisément à Tanènè où les forces de défense et de sécurité ont violemment  réprimé les manifestations en faisant usage des armes de guerre.
Un jeune 19 ans été tué la nuit dernière à Koloma.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Face à la persistance du pouvoir en place dans son projet de changement de constitution, le Front National pour la Défense de la Constitution était en conférence de presse ce vendredi, 24 janvier 2020. Au cours de cette rencontre, une déclaration a été rendue publique.

Lisez !

L’obstination du Président Alpha Condé à soumettre au référendum un projet de nouvelle Constitution à l’effet de s’octroyer un troisième mandat illégal est en passe d’entraîner la Guinée dans un chaos aux conséquences irréversibles.

Farouchement engagé à défendre les principes démocratiques dont la limitation du nombre de mandat consacré par la constitution en vigueur, le peuple de Guinée s’est opposé aux velléités de présidence à vie du Président Alpha CONDE avec une détermination sans faille.

En effet, ni la répression sanglante des forces de défense et de sécurité, ni la stratégie d’ethnicisation de la lutte contre le troisième mandat employé par le Pouvoir n’ont réussi à détourner les guinéens de leur quête : l’alternance démocratique dans le respect des Lois.

L’entreprise de confiscation du pouvoir en cours remettrait ainsi en cause tous les immenses sacrifices consentis par le Peuple en 2009 et l’armée en 2010, ainsi que les efforts fournis par la communauté internationale pour sortir le pays de la crise consécutive au coup d’État militaire  

Il ne faut plus prendre des gants avec un Président dont le cynisme et le mépris vis-à-vis du respect du droit à la vie de ses concitoyens transparaissent clairement de ses propos : « Dans les autres pays où il y a eu de nouvelles Constitutions, il y a eu beaucoup de manifestations, il y a eu des morts, mais ils l’ont fait ».

Il ne faut plus prendre des gants avec un Président-Chef des armées dont les forces de défense et de sécurité tirent à bout portant sur des citoyens désarmés, y compris des enfants, tirent sur les corbillards et les ambulances, gazent des cimetières, sortent sans justification des corps de la morgue pour les abandonner à leur état de putréfaction…

Il ne faut plus de prendre des gants avec un Président qui après avoir juré de respecter et de faire respecter la Constitution à deux reprises, viole son serment en se rendant coupable de parjure et de haute trahison vis-à-vis de son peuple pire, en appelle à

Add a comment