Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 253 invités et aucun membre en ligne

Contact Us!

Journal RTG & Autres vidéos

Journal RTG du 19 Fév. 2020 Journal Evasion du 19 Fév. 2020 Journal Espace du 29 Jan. 2020

Actualités Politiques

loading...

Actualités Internationales

loading...

Actualités économiques

loading...

Actualités sportives

loading...
loading...

Écologie-Santé

loading...

Opinions

loading...

Culture

loading...

Société

loading...
loading...

Revue des articles

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le Conseiller chargé de mission à la présidence également membre du Bureau politique nationale du RPG/AEC se dit surpris du retrait l’Organisation international de la francophonie (OIF).

Pour Souleymane Keita, cette attitude de l’institution est « surprenante » et ne comprend pas les raisons avancées par l’OIF.

« Je suis aussi étonné quand j’ai lu le communiqué, alors que nous sommes à moins d’une semaine du jour du scrutin. Je relève le fait que l’OIF explique le manque d’inclusivité des élections, c’est encore maladroit de la part de l’institution, parce que, je crois que quand les commissaires de l’opposition ont

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Dans un communiqué, la mission d’assistance de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) a décidé de se retirer du processus électoral guinéen.

Cette décision qui intervient à moins d’une semaine des élections législatives auxquelles sera couplé le referendum sur le projet de nouvelle constitution, se justifie par de nombreuses « insuffisances », révèle l’OIF.

« Sur le constat de ces insuffisances qui persistent, et qui ont été particulièrement signalées à la Commission électorale lors de la récente remise du  rapport de mission, il sera difficile pour l’OIF de continuer à soutenir le processus électoral en Guinée, tant qu’un consensus sur le nombre d’électeurs ne sera pas négocié par toutes les parties prenantes nationales », indique l’OIF qui rappelle que l’audit du fichier électoral réalisé conjointement en 2018 par l’OIF, les Nations unies et l’Union européenne, à la demande des partenaires guinéens avait révélé que le fichier électoral de 2015 comportait 2.490.664 électeurs problématiques, qui, bien que n’étant pas repassés en 2019 devant les Commissions administratives d’établissement et de révision des listes électorales (CAERLE) pour confirmer leur inscription, continuent malgré tout de figurer dans la base de données actuelle.

Add a comment

loading...

Actualités locales

loading...