Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 378 invités et aucun membre en ligne

Écologie-Santé

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

L’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry continue de renforcer les capacités des ressources humaines en santé du pays. Elle a été le théâtre ce vendredi, 29 Septembre 2023, d’une cérémonie de remise de diplômes aux lauréats des deux premières cohortes du Diplôme d’Université en Prévention et Contrôle des Infections (DU/PCI). Ce programme novateur de formation continue des professionnels de santé de Guinée et d’Afrique a été rendu possible grâce à une collaboration fructueuse entre l'université Gamal, le Ministère de la Santé et de l'Hygiène Publique de la Guinée, ainsi que le partenaire Expertise France, avec le soutien financier de l'Agence Française de Développement et la participation de l’Université de Strasbourg.

La cérémonie a débuté par l’allocution d’accueil du Professeur Alexandre DELAMOU, Coordinateur du programme du DU-PCI et Directeur du Centre d’Excellence d’Afrique pour la Prévention et le Contrôle des Maladies Transmissibles. Il a exprimé une profonde gratitude au Doyen de la Faculté des Sciences et Techniques de la Santé pour avoir soutenu la mise en place de cette formation d'élite à travers le Centre d’Excellence. Prof. DELAMOU a souligné l'importance cruciale de la collaboration entre les différentes parties prenantes nationales dans la conception de ce programme pionnier et a rendu hommage à l'engagement inébranlable des enseignants et des participants, venant d'horizons divers.

Le caractère international de cette formation approuvée par l’UGANC en 2022 se reflète dans les chiffres impressionnants. La première cohorte a accueilli 20 participants tous guinéens, dont 7 femmes, tandis que la deuxième cohorte a réuni 34 participants, dont 14 ressortissants étrangers et 14 femmes. Parmi les nations représentées, on compte le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, les Comores, le Mali, le Congo-Brazzaville, le Tchad et le Togo.

Le Dr Gnakoye FELEMOU, Chef de projet PCI à Expertise France, a mis en exergue l'approche novatrice de partenariat équilibré entre le Nord et le Sud, mais aussi entre les Ministères de la Santé et l’Enseignement supérieur, qui a permis la réalisation de projets de santé d'envergure. Il a souligné l'impératif de l'hygiène hospitalière pour garantir la sécurité tant des patients que du personnel médical, et réaffirmé la détermination de son institution à soutenir la création d'un tout nouveau master dans ce domaine vital.

Le Dr Abdoulaye KABA, Directeur national des établissements hospitaliers publics et privés au ministère de la Santé, a rappelé les défis importants auxquels le système de santé guinéen a dû faire face lors des épidémies dévastatrices d'Ebola et de COVID-19. Il a souligné la nécessité impérieuse de former des cadres chevronnés en prévention et contrôle des maladies, afin de renforcer la sécurité et la protection du personnel de santé et des patients. Il a promis d’œuvrer rapidement pour assurer le déploiement effectif des cadres formés dans les structures de santé et à des postes adaptés à leurs nouvelles compétences.

Prenant la parole au nom des participants, Dr Kadiatou KEITA, a mis en lumière l'impact attendu de la formation dans l'amélioration de la santé publique en Guinée. Elle a tenu à saluer l'engagement indéfectible du Ministère de la Santé envers le renforcement des compétences des prestataires de services, tout en tirant des leçons cruciales des crises sanitaires passées.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Les symptômes de cette maladie sont des démangeaisons, des maux de tête, de la fièvre, des fatigues et des lésions cutanées. Le porte-parole du gouvernement a été joint par téléphone ce vendredi 14 février par Espace FM. Ousmane Gaoual Diallo a donné des explications.

 « C'est en début de semaine que nous avons commencé à enregistrer l'arrivée de patients qui se plaignaient de brûlures et de démangeaisons, et lorsque le nombre a atteint un certain niveau, à ce jour, moins de 50 personnes ont été consultées. La plupart d'entre elles sont en suivi ambulatoire. Dès que le nombre a augmenté, des dispositions ont été prises. Madame la ministre de la Pêche, qui a été la première personne alertée, a pris des dispositions avec le ministre de la Santé pour la prise en charge de ces personnes. Un conseil interministériel de crise a été mis en place sous la présidence du gouvernement, et des laboratoires ont été mobilisés pour analyser », a-t-il souligné.

 Selon lui, des dispositions sanitaires sont prises pour la prise en charge des patients. Un conseil ministériel est prêt avec le ministère de la Défense, le ministère de la Santé, le ministère de la Pêche et de l'Aquaculture ainsi que le porte-parole.  « Nous sommes en train de réajuster en fonction des informations qui nous sont remontées. Toutes les mesures sont mises en œuvre pour l'instant pour contrôler le phénomène. Ensuite, les enquêtes, aussi bien du point de vue médical que sécuritaire, sont en cours pour pouvoir comprendre l'origine du phénomène et éventuellement prendre les mesures adéquates", a-t-il ajouté.

Des rumeurs circulent, a-t-il poursuivi, selon lesquelles un bateau aurait rejeté du cuivre ou du carburant, contaminant ainsi les eaux ou rejetant des produits toxiques. " Les recherches sont en cours. La gendarmerie maritime est également mobilisée pour essayer de suivre toutes les informations qui lui sont remontées pour éventuellement tracer le problème. Ce qui est clair, c'est qu'aujourd'hui, il n'y a pas d'indication que c'est contagieux entre personnes physiques. Les personnes touchées sont celles qui ont été directement en contact avec le liquide et qui ont ressenti ces brûlures quelques jours plus tard. Il y en a qui ont des brûlures sur les bras, d'autres sur le visage, d'autres sur les parties génitales, etc.", a-t-il expliqué.

En interrogeant Monsieur le ministre de la santé sur la capacité des laboratoires guinéens à détecter rapidement la pathologie contractée par les patients de Donka, il a répondu avec assurance que les laboratoires du pays étaient bel et bien équipés pour détecter tout type de substance toxique, et que des solutions pouvaient être trouvées aussi bien dans les structures publiques que privées. Il a notamment cité l'institut Pasteur, ainsi que des laboratoires dans des hôpitaux privés et le laboratoire allemande sur la corniche de Landrea.

Quant aux lieux de contamination, le ministre a expliqué que les patients ont été isolés afin de limiter toute contagion éventuelle, et qu'il n'y avait pas de preuve pour le moment que la maladie était contagieuse d'une personne à une autre. Toutefois, si cela s'avérait être le cas, des mesures sanitaires seraient prises. Il convient donc de rester vigilant et de suivre les recommandations des autorités sanitaires pour éviter toute propagation de cette pathologie.

 Amadou Diallo 

Add a comment

Note utilisateur: 2 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Dans une adresse à la nation le 14 novembre 2020, le chef de l'État Alpha Condé dresse un bilan peu résilient dû au non-respect des mesures des gestes barrières dont le port des masques, les distanciations sociales, le lavage des mains... par les populations. C'est dans ce contexte qu'Alpha Condé invite aux respects des gestes barrières et reconduit l'état d'urgence.

Lisez l'intégralité du discours!

Guinéennes et Guinéens, 

Mes chers compatriotes, 

Je m’adresse à nouveau à vous pour vous faire le point de la situation de la Covid-19 dans notre pays.

J’aborde cet exercice avec gravité et préoccupation.

A la date du 13 novembre 2020, la situation épidémiologique compte un cumul de 12 537 cas confirmés positifs, 10 899 cas guéris et malheureusement 74 décès.

Guinéennes et Guinéens, 

Nous avons constaté une hausse du taux de positivité des personnes testées passant de 5% à plus de 10%, preuve d’une nouvelle circulation du virus au sein de notre population.

Force est de constater aujourd’hui un relâchement quasi-total des mesures barrières sanitaires comme le port du masque, la distanciation physique et l’hygiène des mains dans la majorité des lieux publics, notamment les transports, les lieux de cultes, les administrations, les marchés...

Chers concitoyens, 

La situation épidémiologique que nous observons prouve que la covid-19 continue de se répandre sur l’ensemble du territoire national. 

Il a été constaté que de nombreux cas sont asymptomatiques, le danger de cette situation est que le malade ne présente aucun

Add a comment

Note utilisateur: 2 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Ce lundi 17 mai 2021. Un cas mortel de fièvre hémorragique Lassa a été officiellement signalé en Guinée, par les autorités sanitaires, regard de cette situation et en application du Règlement Sanitaire International (RSI), le Ministère de la Santé a déclaré aujourd'hui l'Épidémie de Fièvre Lassa dans la Préfecture de Yomou, Région de NZérékoré, d'où est partie la nouvelle épidémie d'Ebola en février dernier.

Déclaration :

Chers Compatriotes

Au moment où le Gouvernement Guinéen est en train de déployer des

Efforts louables pour la double riposte à la pandémie de la COVID 19 et à

Épidémie d'Ebola en Guinée, le pays vient d'enregistrer un cas mortel de

Fièvre Lassa dans la Préfecture de Yomou, au courant du mois de Mai 2021.

Une investigation est en cours dans les villages concernés, et à ce jour 30

Contacts sont identifiés et suivis.

 L'échantillon prélevé sur le cas index décédé est positif à la fièvre Lassa

Après une double confirmation par les Laboratoires de Nzérékoré et celui

Add a comment

Note utilisateur: 3 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Dans un rapport publié par l'Agence national de la sécurité sanitaire (ANSS) ce lundi 3 Août 2020, les personnes testées dont l'âge varie entre 21 et 50 ans sont les plus touchées par la Covid-19 et les cas de décès bat son plein sur les plus de 50 ans.

Depuis l'apparition du premier cas en Guinée le 12 Mars 2020, le nombre de cas ne cesse d'augmenter ce, malgré les mesures sanitaires édictées par les autorités. Parmi les populations victimes, les jeunes occupent une grande place, selon le rapport de l'ANSS. Pour elle, le plus grand pourcentage des personnes déclarées au covid-19 ont l'âge qui varie entre 21 et 50 ans. Par contre, les plus de 50 ans sont beaucoup plus exposées au cas de décès.

Add a comment