Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 359 invités et aucun membre en ligne

Écologie-Santé

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

L’ONG Médecins Sans Frontières (MSF), a tiré la sonnette d’alarme ce mardi à Conakry, sur la baisse des financements pour la lutte contre le VIH/SIDA et la tuberculose en Guinée.

Selon Dr Christine Bismansha, coordinatrice du projet VIH de MSF à Conakry, les lacunes dans la réponse au VIH sont « malheureusement présentes » à tous les niveaux.

« La chaîne d’approvisionnement en médicaments essentiels est extrêmement faible, entrainant des ruptures parfois sévères dans de nombreux centres du pays. Les tests de charge virale ne sont souvent pas disponibles et les services de prévention de la transmission de la mère à l’enfant restent un défi majeur », a-t-elle indiqué devant les journalistes, tout en soulignant qu’en

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Bien que la distribution d’eau potable au robinet soit soumise à des normes strictes concernant la contamination par diverses substances environnementales et industrielles, les microparticules issues de résidus de produits chimiques et la contamination radioactive passent souvent à travers les mailles du filet. Ces contaminants pourraient, selon une nouvelle étude, être à l’origine de plusieurs dizaines de milliers de cas de cancers aux États-Unis d’ici les prochaines années.

Un cocktail toxique de polluants chimiques dans l’eau potable du robinet américaine pourrait entraîner plus de 100’000 cas de cancer, selon une recherche de l’Environmental Working Group, première étude à mener une évaluation cumulative des risques de cancer dus à la présence de 22 contaminants cancérogènes dans l’eau potable à l’échelle nationale.

Dans un article publié dans la revue Heliyon, les scientifiques de l’EWG ont utilisé un nouveau cadre analytique permettant de calculer les effets combinés des carcinogènes sur la santé de 48’363 systèmes d’approvisionnement en eau aux États-Unis. Cette évaluation n’inclut pas d’informations sur la qualité de l’eau des 13.5 millions de ménages américains qui dépendent de puits privés pour leur eau potable.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

La ruée vers l’or dans la savane guinéenne ne reste pas sans conséquences sur l’environnement et la biodiversité d’une région proche des zones sahélo-sahéliennes.

L’exploitation irrationnelle des mines d’or constitue une grave menace à la survie des cours d’eau dans la région de Kankan.  Selon une enquête d’une ONG environnementale basée dans la région, près de 300 cours d’eau sont menacés de disparition d’ici à quelques années. L’ouverture des mines d’or sur les têtes de source d’eau est un facteur

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Réchauffement climatique: une «marche climatique» annoncée mercredi à Conakry. Dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique dans le monde, plusieurs dirigeants se retrouvent pour parler de l’environnement aux États-Unis.

 C’est dans ce même d’ordre d’idée, que plusieurs organisations de défense de l’environnement en Guinée se donnent les mains pour engager des initiatives climatiques citoyennes u niveau local.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

L’été 2019 a été l’un des plus chauds jamais enregistrés sur la planète. De nombreux records de températures ont été battus de juin à août dans divers endroits du globe. La vague de chaleur extrême a notamment frappé l’hémisphère Nord de plein fouet. Cette région a, en effet, enduré l’été le plus chaud jamais enregistré selon différentes agences. Et ces températures ont eu des conséquences extrêmement dommageables sur de nombreux écosystèmes.

L’hémisphère Nord vient de connaître son été le plus chaud jamais enregistré depuis 1880, selon les données de la NOAA. Cette dernière a constaté que la température de surface globale moyenne relevée par des milliers de thermomètres, bouées et autres capteurs sur terre et en mer était identique à celle de 2016 pour la borde supérieure, avec une anomalie de température supérieure de 1.13 °C à la moyenne du 20ème siècle.

De plus, selon la NOAA et la NASA, le mois d’août a été le deuxième mois le plus chaud au niveau mondial, avec des conditions exceptionnellement chaudes observées d’un pôle à l’autre et à travers tous les océans. Ce qui est remarquable à propos de la chaleur record de 2019, c’est qu’elle vient en l’absence d’un fort événement El Niño dans l’océan Pacifique tropical. De tels événements tendent à augmenter les températures mondiales en réchauffant les mers et en envoyant plus de chaleur dans l’atmosphère.

Chaleurs extrêmes, incendies et CO2 : un cercle vicieux climatique

Au lieu de cela, un El Niño faible a parfois été présent en 2019, mais rien de comparable à ce qui s’est passé en 2016, la dernière fois qu’un été dans

Add a comment