Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 310 invités et aucun membre en ligne

Politique

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

 A l’occasion de la 6ème Assemblée annuelle d’ADLaM Guinée tenue à Kindia le 26,27 et 28 décembre 2021 qui a regroupé des personnalités venues de l’intérieur du pays et de différents pays de la Sous-région : Mali, Sénégal, Gambie, Sierra Léone, Libéria et la Mauritanie. Abdoulaye Bah l’ex-maire de la commune urbaine de Kindia a mis l’occasion à profit pour interpeller les Guinéens à faire la promotion et la Vulgarisation d’ADLaM.

 Interrogé sur le sujet Abdoulaye Bah a d’abord exprimer ses sentiments avant de lancer des fleurs au père fondateur d’ADLaM : Abdoulaye J Barry.   « C’est un Sentiment de fierté, sentiment de joie, sentiment de bonheur et d’espoir.  

Vous savez l’UNESCO fait chaque année l’inventaire des langues dans le monde qui se perdent par le fait que les langues ne sont pas codifiées, ne sont pas pratiqués. Si nous avons des frères Guinéens, visionnaires, courageux qui ont pris l’initiative de mettre en place un Alphabet composé de 28 lettres pour que la langue Poulare très riche en vocabulaire puisse être codifié et protégé, c’est un sentiment de fierté et également d’espoir que cette langue puisse continuer à vivre, continuer à exister et pourquoi pas demain à être enseigné comme une langue scientifique », a-t-il souligné

 Aucune langue poursuit-il, ne s’est faite d’elle-même, c’est exemple de l’Asie, beaucoup de pays Asiatiques ont codifié leurs langues :  nous avons la Chine, le japon, le Vietnam, la Coré du Sud, Coré du nord, le Singapour, la Malaisie l’Indonésie tous ces pays-là, dès leurs indépendances ont protégé leur langue. L’Israël est un exemple aussi qui avait fait renaitre l’Hébreux qui avait disparu à cause du sort qui était réservé au peuple Israelite.

 « Aujourd’hui avoir un alphabet en Poular, des guinéens doivent être fières… nous implorons à tout le monde à l’apprendre. Je pense que cette écriture est très bien pour la Guinée et pour le monde. Vous n’êtes pas sans savoir que le Poular est parlé dans beaucoup de pays Africains, du nord au Sud : de la Mauritanie, jusqu’au Kenya en passant par Cameroun, Le Niger, le Burkina Fasso, Le Nigéria, la Côte d’Ivoire, le Libéria, la Siéra Léone, la Gambie, la Guinée Bissao et la Guinée-Conakry Surtout qui est un foyer ancestral du Poular. Donc c’est une très bonne initiative, c’est un sentiment de fierté et d’espoir. Je demande à tous le parent d’apprendre d’abord ADLaM pour mieux former les enfants dans les foyers. Je demande également jeunes de prendre ça au sérieux, surtout mes frères qui sont dans les marchés qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école, c’est une belle occasion pour eux de pouvoir lire et écrire dans leur langue maternelle à moins d’un mois ou deux semaines » a conclu Abdoulaye Bah.  

 

Alpha Amadou Diallo

Add a comment

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Dès les premières heures de la prise du pouvoir par le CNRD, la lutte contre la corruption et le détournement du denier public a été annoncés comme l’un des chevaux de batails de la transition ouverte en Guinée le 5 septembre, suivront subséquemment les gels de comptes publics d’ex-dignitaires, l’audition des DAF et autres comptables publics, la création d’une cours de répression des infractions économiques et financières et l’annonce du poursuite judiciaire, c’est le moins qu’on puisse dire et que le CNRD affiche une volonté politique manifeste de moraliser la gestion de la chose publique.

Interrogé à cet effet par nos confrères de FIM FM. Le président du PADES tire à boulet rouge sur le l’ancien régime du d’Alpha Condé. Dr Ousmane Kaba approuve le gel des comptes des anciens dignitaires en attendant de tirer au clair les affaires pour empêcher à ceux qui partent ne prennent toute la caisse pour s’en aller. Interview.

Bonjour Dr Ousmane Kaba : D’une manière globale comment vous jugez l’action du colonel Mamadi Doumbouya et du CNRD au plan économique depuis 100 jours qu’ils sont aux affaires ?

Je pense que d’une manière générale sur tout le plan, je trouve le résultat extraordinairement bon, pour des jeunes gens sans expérience parce que la Guinée n’a jamais été dans une si bonne direction depuis l’indépendance de ce pays. C’est la première fois qu’on voit des volontés affichées sur les deux problèmes essentiels de ce pays à savoir :  la liberté et la gestion économique. Ce sont les deux problèmes de ce pays. La classe dirigeante en guinée ajoute toujours une tentation totalitaire et c’est la première fois qu’on voit un groupe des jeunes gens qui viennent souffler le vent de la liberté. Rappelez-vous tous ces prisonniers politiques qui ont été libertés, rappelez-vous de l’ouverture de toutes les frontières terrestres et avoir un bon rapport de voisinage avec les pays limitrophes, c’est une volonté.

Je suis objectif, je ne suis pas du tout obnubilé par beaucoup de choses. Moi, je regarde les choses les plus objectivement possible. Moi, je vois un groupe de jeunes gens qui essayent de donner deux choses à la Guinée : la liberté économique et la bonne gestion économique, c’est cela le fond de la question en Guinée. Ne nous perdons pas dans les détails, ça n’a fait que 100 jours. Bien sûr qu’ils peuvent faire des erreurs, bien sûr qu’on peut avoir de la cacophonie, mais la direction est fixée.

Nous avons vu ici des gens qui ont fait 40 ans d’expérience de lutte pour la démocratie et qui n’ont cessé de bâillonner ce pays et qui menaçaient chaque jour de mettre en prison n’importe qui. Je veux parler d’Alpha Condé. Donc si nous avons aujourd’hui des gens qui vont dans la direction contraire, je pense que nous devons être heureux ; liberté pour les Guinéens, bonne gestion économique, ce n’est pas facile.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Joint par téléphone par un de nos reporter ce mardi 21 décembre, le président du parti Guinée Moderne (G.M) décide de sortir du silence, depuis le renversement du pouvoir Condé, le parti n’a presque pas communiqué pourtant son président a accompagné le président de l’UFDG lors de la présidentielle 2020. Selon Thierno Yaya Diallo, le parti est en train de travailler sur le terrain pour défendre les acquis démocratiques. Interview.    

Bonjour M. Thierno Yaya Diallo président de Guinée Moderne. Votre parti est absent lors de prise de décisions, qu’est-ce qui se passe ? Vous avez peur désormais de prendre la parole ?

La Guinée Moderne n’est pas absente de la chaîne politique. Nous sommes en train de travailler sur le terrain à défendre les acquis démocratiques et insister à ce qu’il y ait une propre alternance en Guinée, donc la Guinée Moderne se porte très bien.

Votre parti était membre de l’ANAD. Est-ce que vous êtes toujours membre de l’ANAD ?

Oui ! La Guinée Moderne fait partie des partis politiques qui ont mis le cadre de l’ANAD en place pour soutenir le candidat de l’UFDG El hadj Cellou Dalein Diallo.

Pourtant certains leaders sont très clairs, l’ANDA n’a plus la raison d’exister, vous n’avez rien fait pour arrêter la modification de la constitution, vous n’avez pas pu mobiliser la population pour battre Alpha Condé. Comment peut-on aujourd’hui mesurer la vitalité de l’ANAD sur le terrain ?

L’ANAD, c’est la structure qui a gagné ces élections. Aujourd’hui, nous sommes en train de défendre la démocratie, défendre l’alternance et défendre les acquis démocratiques de la

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Après le limogeage de plusieurs généraux, plusieurs Guinéens sont rassurés et apprécient cette décision du colonel Doumbouya, mais ce n’est pas le cas du président du parti de renouveau et du progrès (PRP). Joint par téléphone par un de nos reporters ce lundi, 06 décembre 2021, Rafiou Sow pense que les nouvelles autorités ont déjà commencé le recyclage, il demande à la junte au pouvoir de diversifier les nominations. Lisez.

Bonjour M. Sow Rafiou : des changements majeurs ont été opérés au niveau de l’armée plusieurs généraux ont été limogés, pour plusieurs guinéens C’est un acte fort. Est-ce que ce votre point de vue ?

Oui ! c’est un acte fort sur un plan. Amener une quarantaine de généraux prétendument à la retraite, mais mois, j’ai une autre vision par rapport à ça. Je trouve que c’une charge énorme pour l’Etat. Qu’on envoie 42 généraux à la retraite et qu’on les recycle d’un autre côté. On prend 28 d’entre eux on met dans le conseil de défense.

Vous avez vu les émoluments que les gens là vont recevoir. Tous les mois, ils auront le carburant, ils sont pris en charge sur le plan de la santé. Ils ont un passeport diplomatique ainsi que leurs épouses. Certains en ont trois jusqu’à quatre femmes. Ils ont un véhicule neuf, ça, c’est normal. Ils sont d’une façon recycler, d’autres vont occuper de poste de gouverneur, d’autres des portes de ministres et autres. Il faudrait que le colonel Doumbouya aille jusqu’au bout. S’il t’envoie à la retraite, ce que la loi a prévue pour les généraux à

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Joint par téléphone par nos confrères de FIM FM vendredi dernier. Le président du parti UDRG revient sur sa participation à Dakar au forum sur la paix et la démocratie et la réunion des chefs d’Etat de la CEDEAO tenu Dimanche à Abuja et les 100 du colonel Doumbouya à la tête du pays. Bah Oury salue les actes posés par le colonel mais déplore le retard de la mise en place du CNT, selon lui, la mise en place du CNT va permettre à la Guinée d’être accompagnée de manière plus innovante par la communauté de la sous-région. Interview.   

Bonjour M. Bah Oury : le président de la transition vient de restituer les cases de belle vue à la famille de feu Sékou Touré comment réagissez- vous à cette actualité ?

J’avoue que j’étais surpris mais j’ai considéré après réflexion que c’est une bonne chose. ‘’Il faut rendre à César ce qui appartient à César’’. Par jurisprudence, ça ouvre un autre sentier extrêmement important parce que l’Etat par le passé s’est permis de détruire des biens des citoyens : Kaporo-rail et tant d’autres coins. Des personnes qui avaient leurs biens en bon et difforme se sont vus de jour au lendemain déloger. Cela est un acte à saluer. Le fait que les cases de belle vue soient restituées aux ayants droits, c’est une bonne chose mais c’est un cas de juriste prudent qui devrait être appliqué également à tous ceux et à toutes celles qui a un moment donné ont été victimes de laarbitraires de l’Etat, qui a détruit leurs maisons, leurs domiciles sans aucune compensation

Vous rentrez du Dakar où vous avez participé au forum international sur la paix. Qu’est-ce qu’on peut retenir de cette rencontre ?

C’est une nécessité de se rendre compte que le monde africain est en danger, notre environnement est en péril, il y a le péril de la Guerre, chaque jour on compte le nombre de morts, il y a le péril de déflagration des Etats. Le Mali pratiquement est dans une situation confuse. La république centrafricaine qui est un peu éloignée de nous et dans ce cas-là.

Add a comment