Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 290 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Dans un bras de fer politique tendu, l'administration Biden a émis une mise en garde sévère envers le gouverneur républicain du Texas, Greg Abbott, concernant la mise en œuvre de lois autorisant l'arrestation et l'expulsion des migrants entrant illégalement aux États-Unis.

Dans une lettre adressée à Abbott, le ministère américain de la Justice a déclaré que la dernière législation texane sur les migrants illégaux était inconstitutionnelle et en contradiction avec l'engagement des États-Unis envers le traitement légal des non-citoyens conformément à la loi sur l'immigration et la nationalité.

La correspondance, obtenue par CBS News, affirmait que le projet de loi SB4 était préempté et violait la Constitution américaine. Elle précisait que les États-Unis avaient l'intention d'engager des poursuites pour empêcher l'application du SB4 à moins que le Texas ne renonce à faire respecter la loi.

Cette mise en garde intervient alors que le Texas, dans le cadre de son opération Lone Star, a promulgué le SB4, considéré comme l'une des lois sur l'immigration les plus strictes de l'histoire américaine. Entrant en vigueur le 5 mars, cette loi criminalise l'entrée illégale depuis le Mexique, permettant à la police d'arrêter ceux soupçonnés d'avoir traversé le Rio Grande en dehors des points d'entrée officiels.

Les contrevenants s'exposent à des délits de classe B, passibles d'une peine maximale de six mois de prison, avec une possibilité d'accusation de crime au deuxième degré, punissable de jusqu'à 20 ans d'emprisonnement pour les récidivistes. Cependant, les juges du Texas peuvent abandonner les charges si les migrants acceptent l'expulsion.

L'administration Biden a vivement contesté ces dispositions, arguant que le SB4 risque d'expulser des demandeurs d'asile légitimes vers des pays où ils pourraient être confrontés à la persécution ou à la torture. Elle a demandé à Abbott de confirmer que le Texas ne mettra pas en œuvre cette nouvelle loi d'ici le 3 janvier.

Réfutant la lettre du ministère de la Justice, le gouverneur Abbott a déclaré : « L'administration Biden refuse non seulement d'appliquer les lois américaines actuelles sur l'immigration, mais elle veut maintenant empêcher le Texas d'appliquer les lois contre l'immigration illégale. C'est un affront à l'État de droit en Amérique. Biden détruit l'Amérique, le Texas essaie de la sauver. »

Dans une déclaration officielle, le représentant d'Abbott a souligné la détermination du Texas à porter ce conflit devant la Cour suprême des États-Unis pour protéger les Texans et les Américains des politiques d'ouverture des frontières du président Biden. La bataille juridique s'annonce donc féroce, mettant en lumière les divergences profondes sur la question brûlante de l'immigration entre l'administration centrale et l'un des États les plus vastes et influents du pays.

Algassimou L Diallo