Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 347 invités et aucun membre en ligne

Politique

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le représentant du secrétaire général des Nations Unies en Afrique de l’Ouest, Ibn Chambas a, au cours d’une rencontre avec le Front national pour la défense de la constitution (FNDC), ce lundi à Conakry, appelé les Guinéens à « chercher rapidement les voies et moyens » pour sortir de la crise qui secoue le pays ces derniers mois.

« Je leur ai transmis les préoccupations des Nations Unies sur les violences,  les tueries, les violations des droits, les destructions des biens publics et privés en cours en République de Guinée. J’ai partagé avec eux les efforts du secrétaire général des Nations Unies pour le retour au calme, la paix et la sécurité en République de Guinée », rapporte au sortir de la rencontre l’émissaire du SG de des nations unies, tout en rappelant que lors de sa dernière visite, Antonio Guiterres avait plaidé pour la libération des leader du FNDC, le dialogue constructif autour des élections,  le renforcement des acquis démocratiques et l’apaisement du climat politique.

« J’ai par ailleurs fait observer qu’au regard de la situation de notre sous-région notamment dans le Mano River où la paix est encore fragile, on ne peut pas se permettre une crise en République de Guinée. J’ai rappelé que nous avons cinq autres

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 (Déclaration)

La désobéissance civile contre le coup d’État constitutionnel a été largement suivie par  les populations dans plusieurs villes du pays.
Rien n’arrêtera la résistance citoyenne engagée contre le 3ème mandat jusqu’à l’abandon total de ce projet illégal et inopportun. Ce mardi 28 janvier, la protestation populaire s’est poursuivie de plus belle dans plusieurs villes du pays notamment à Conakry, Boké, Boffa, Dubreka, Tanéné, Kindia, Coyah, Kolabougni, Kamsar, N’zérékoré, Mamou, Pita, Dalaba, Labé, Koubia, Dabola, Dinguiraye, Fria, Kouriya, Sangarédi, Manéa, Gaoual, Lelouma et Koundara.

Toutes les activités administratives et commerciales ont été totalement ou partiellement paralysées dans ces localités.
La situation était particulièrement tendue dans les préfectures de Kindia et de Dubréka plus précisément à Tanènè où les forces de défense et de sécurité ont violemment  réprimé les manifestations en faisant usage des armes de guerre.
Un jeune 19 ans été tué la nuit dernière à Koloma.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

La détermination du gouvernement guinéen à opérer un coup d’État constitutionnel est sans limite. Depuis le début des manifestations d’ampleur en octobre 2019, le pouvoir use de toutes les formes de violence inouïe pour réprimer les contestations populaires et légitimes. Bilan: 33 personnes tuées et plus de soixante blessés graves !

La violence d’État planifiée par le clan opposé à l’alternance démocratique en Guinée n’est plus à démontrer. Toutes les graves violations des droits humains sont permises: l’instrumentalisation
de la justice, des persécutions, des humiliations, des arrestations arbitraires, des emprisonnements, la torture, des tueries à balle réelle et l’usage des armes de guerre dans la répression des manifestations publiques.
Le Président Alpha Condé, soutenu par son Premier Ministre Ibrahima Kassory Fofana, son Ministre en charge de la Défense Mohamed Diané, son Ministre en charge de la Sécurité
Damantang Albert Camara, son Ministre en charge de l’administration du territoire Bouréma Condé et l’ensemble de son gouvernement, a donné carte blanche aux forces de défense et de
sécurité pour commettre des exactions contre les opposants au 3ème mandat.
Le FNDC dénonce les abus d’autorités, la persécution et l’instrumentalisation de tout l’appareil d’État notamment dans les villes de l’intérieur du pays en vue de réprimer, diviser, manipuler et intimider les populations. C’est pourquoi à :
Faranah: 12 membres de notre antenne locale ont été arrêtés à Maréla depuis les 15/16 octobre 2019, jugés le 23 octobre et condamnés à 1 an de prison ferme et plus 11 millions
GNF d’amende, de dommage et intérêt. Neuf d’entre eux ont été transférés et emprisonnés à Kankan en attente de leur procès en appel.
Dabola: Neuf de nos membres arrêtés le 13 janvier ont été déplacés de leur juridiction pour être détenus loin de leur famille à Faranah où ils ont été jugés de façon expéditive le 20 janvier. Trois d’entre eux ont été acquittés et 6 condamnés à 6 mois de prison

Add a comment