Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 653 invités et aucun membre en ligne

Politique

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Alors que le FNDC compte battre le pavé le 20 juillet pour « demander son départ » d’Alpha Condé, la Jeunesse Citoyen (JC) appelle ses membres à se joindre massivement à cette marche pour atteindre un objectif commun ‘’alternance démocratique’.  L’annonce en a été faite ce vendredi 17 juillet 2020, par la structure à l’occasion d’une conférence animée à la maison de la presse de Conakry.

« Notre pays se porte très mal, au-delà de la crise sanitaire, nous sommes dans une crise politique sans précédent. En dix ans de gestion, le gouvernement d’Alpha Condé s’est caractérisé par une corruption généralisée. Il faut rappeler les investissements au niveau des fêtes tournantes. L’Etat avait débloqué 1100 milliards à KANKAN contre 61 Milliards à n’Nzérékoré. La réalité de nos jours ce sont les manifestations contre le manque d’électricité et il faut rappeler la route KANKAN-MANDIANA de 86 km de nos jours. L’État s’est enrichit à travers une corruption en laissant les citoyens à l’agonie. L’heure est à la contestation et un vote sanction contre le RPG sans Alpha Condé lors de la prochaine élection présidentielle », a lancé Bella Bah le président de JC 

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 Guinéennes et Guinéens ; Chers compatriotes,

 Je m’adresse de nouveau à vous ce soir, pour vous faire le point de la situation de la crise sanitaire que traverse notre pays et vous informer des nouvelles mesures rendues nécessaires par l’évolution de la pandémie en Guinée.  J’aborde cet exercice avec gravité mais avec l’espoir que nous viendrons rapidement à bout de cette grave maladie.

 J’exprime mes sincères remerciements au peuple de Guinée pour ses efforts continus dans la riposte contre la Covid-19. Son adhésion à la stratégie du Gouvernement dans la lutte contre cette pandémie nous permet d’envisager l’avenir avec optimisme.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Après son élection comme député lors du scrutin tant contesté par l'opposition plurielle le 22 mars 2020, Abdoulaye Kourouma occupait au sein de l'Assemblée Nationale le poste de 6e secrétaire parlementaire jusqu'à l'orée de la clôture de cette première session parlementaire. Ainsi, démit de son poste de 6e secrétaire au parlement guinéen, pour divulgation de secrets, l'honorable Abdoulaye Kourouma bénéficie du soutien des membres du bureau politique national du Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD) et des militants et sympathisants de son parti.

Dans un point de presse animé le mardi 14 juillet 2020 à son siège national à Sangoyah, le bureau politique national du RRD par le biais de Moussa 2 Kéïta, vice-président chargé des affaires politiques et administratives, réitère son soutien à son élu dont il qualifie d'être victime ''de la dictature de la majorité présidentielle'' dans la défense des idéaux de son parti, le RRD.

« Tout ce que Abdoulaye Kourouma fait à l'Assemblée Nationale, c'est la volonté de ses militants et sympathisants. Nous sommes un parti responsable. Notre but politique est axé sur la bonne gouvernance, sur la défense des intérêts du peuple, sur l'émergence d'une démocratie véritable. C'est ce que l'honorable Abdoulaye Kourouma a bien voulu défendre pour le peuple de Guinée mais malheureusement il a été victime de la dictature de la majorité présidentielle », a-t-il indiqué.

Le BPN souligne que si son élu se laissait embarquer par le navire du RPG, il ne serait pas évincé de son poste.

« Le RRD par le biais du bureau politique national, les militants et sympathisants apportent leur soutien inconditionnel au député Abdoulaye Kourouma. On peut être seul dans une bataille mais s'il y a une chose à défendre, c'est la vérité et c'est cela qu'il est en train de défendre malgré les politiques d'intimidation. S'il se prêtait à ces jeux, il ne serait pas évincé de son poste de secrétaire parlementaire. Il était le 6e secrétaire parlementaire et c'est son poste qui a été mis au vote. Pourquoi ? Même si aujourd'hui la mouvance présidentielle a plus de député, ça ne doit pas empêcher un digne fils du terroir sous mandat du peuple à mener bien ce travail là », martèle-t-il.

Ainsi dans ce renouvellement de confiance à son homme, le bureau politique et les militants du RRD rassurent que leur leader se battra contre vent et marée pour conduire à

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Réunies en plateformes, la 3ème dynamique, le Mouvement Elazologa, la Jeunesse Citoyenne et Citoyens pour la Défense des Acquis de la République, toutes, organisations de la société civile membres du FNDC opposent toute idée de manifestations contre un troisième mandat d'Alpha Condé avant que ce dernier ne se prononce sur la question. A l'occasion d'une conférence de presse animée le mardi 14 juillet à la Maison de la presse, elles invitent tout de même leurs compatriotes du FNDC de sursoir à la marche projetée pour le 20 juillet.

Dans une déclaration lue par Mamady Onivogui coordinateur du mouvement ELAZOLOGA, la plateforme revendicative du FNDC rappelle que les incompréhensions entre elle et le FNDC mère sont nées dès la sortie des élections du 22 mars dernier.

« Après le 22 mars, nous avons souhaité une redéfinition des objectifs et des nouvelles stratégies du FNDC en tenant compte du forcing d'Alpha Condé et des élections du 22 mars. C'est à partir de ce moment-là que les incompréhensions sont apparues au sein de notre mouvement. Il faut souligner qu'après le 22 mars, la plupart des combattants ne voulaient entendre qu'un seul mot d'ordre, c'est de sortir pour demander le départ d'Alpha Condé. Nous étions conscient qu'après avoir lancé cet appel, il fallait faire face aux incompréhensions et dissensions internes qui constituent la base de notre plateforme revendicative », entonne Mamady Onivogui.

Nonobstant les querelles intestines existantes entre eux, la plateforme revendicative se réclame toujours être dans l'esprit du front national pour la défense de la constitution et demande si tôt des explications sur la position des membres qui composent le FNDC afin d'harmoniser les efforts sur ce qu’elle estime « la bataille finale ».

« Il est dès lors de notre devoir de rappeler que nous membres de la plateforme revendicative du FNDC sommes entièrement dans l'esprit de base du combat du FNDC qui était la défense de la constitution de 2010 et d'empêcher le troisième mandat d'Alpha Condé. A cet effet, nous demandons plus de clarté dans le positionnement des leaders politiques de l'opposition ainsi que tous les autres leaders membres du FNDC afin que le mot d'ordre soit compris par tous de la même façon afin d'éviter de perdre le contrôle que nous avons sur la base et de préserver notre force pour la bataille finale », précise-t-il, avant d’ajouter.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Cellou Dalein Diallo, n’entend pas baisser les bras. En dépit des menaces du gouvernement, le leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), remobilise ses militants. Dans une vidéo qu’il a postée sur sa page Facebook, le principal opposant du régime Condé appelle à une grandiose mobilisation lors de la marche du FNDC prévue le 20 juillet 2020.

« M. Alpha Condé a violé son serment, il avait en effet juré deux fois de respecter et de faire respecter la constitution sur la base de laquelle il a été élu. Il a lui-même demandé qu’en cas de parjure qu’il subisse la rigueur de la loi », rappelle la figure de proue de l’opposition, avant d’ajouter :

 

Add a comment