Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 378 invités et aucun membre en ligne

Contact Us!

Journal RTG & Autres vidéos

Journal RTG du 19 Fév. 2020 Journal Evasion du 19 Fév. 2020 Journal Espace du 29 Jan. 2020

Actualités Politiques

loading...

Actualités Internationales

loading...

Actualités économiques

loading...

Actualités sportives

loading...
loading...

Écologie-Santé

loading...

Opinions

loading...

Culture

loading...

Société

loading...
loading...

Revue des articles

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

En réalité, le problème guinéen est loin d’être politique, mais plutôt un problème de comportement. En Guinée, les opposants deviennent gouvernants, les gouvernants d’hier deviennent opposants, les situations restent les mêmes.

« Les peuples n’ont que les dirigeants qu’ils méritent », dit-on. Que ça soit Alpha Condé ou un autre, tant qu’on ne change pas nos manières…cette situation va persister.

Aujourd’hui on s’attaque aux conséquences sans regarder les causes, ça ne peut pas marcher.

On dénonce la barbarie des forces de défenses et de sécurité (FDS), oui ces actes méritent d’être fustigés. Mais qui sont ceux qui composent les FDS ? Ce sont les plus vagabonds des familles qui sont enrôlés.

Quand on dit recrutement, les familles envoient les plus violents, alors comment peut-on s’attendre à ce que ceux-ci, fassent leur travail régalien. Les familles aussi ont leur part de responsabilité dans cette situation que nous vivons actuellement en Guinée.

Je crois que nous devons méditer sur nos actes que nous posons. Donc, changeons de comportement pour que change notre situation.

Par Sadjo Diallo, journaliste

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Dr Mamady KABA était l’invité de la Radio Espace Fm ce jeudi, 13 février 2020 pour parler de soubresauts politique que cour le pays afin de trouver une piste de solution aux crises, quand certains estiment qu’on a atteint au point de non-retour car le président semble sourd à tous les appels à la fois à l’interne et à l’extérieur de la Guinée. Interview. 

Bonjour : Sur le plan social et politique ça ne va, on a comme l’impression qu’il n’y a plus d’issu, est-ce que c’est le même constat que vous faite ?

Je ne pense pas qu’on a atteint le point de non-retour, on est pas encore au mur, mais au carrefour. C’est à nous de choisir le chemin qu’il faut prendre. Je voulais rappeler un peu le contexte de notre pays. Les crises que nous traversons, nous avons déjà traversé des crises avec les mêmes revendications, avec les mêmes combats et ça se répète, c’est cyclique.

N’est-ce pas tous les présidents de la Guinée depuis l’indépendance jusqu’aujourd’hui, ont géré que de crises pratiquement. Je pense que les crises ont leur racine dans notre histoire. Il faut extirper les racines du mal pour qu’à l’avenir on ait pas à nous battre pour les mêmes raisons, pour les mêmes causes et le nouveau président va avoir à gérer que des crises. Donc nous n’aurons jamais le temps de nous focalisez sur notre développement.

Aujourd’hui on a une opportunité, une réelle opportunité parce que vu l’ampleur des dégâts déjà constatés et vu aussi que les dégâts passés n’ont pas été réparés : le 28 septembre, janvier-février etc. pour remonter jusqu’aux temps anciens avec les Camp Boiro, avec les 05 juillet etc. Ce sont des bagages qui existent que les Guinéens n’ont pas encore réussi à gérer, donc nous sommes en train d’en rajouter. Il y en a qui déjà. Donc je pense qu’on a une opportunité de briser la chaîne, on est dans un cercle vicieux.  L’opportunité ! C’est encore le dialogue. Parce que quand on parle de dialogue, c’est d’abord la forme

Comment y arrivé, comment permettre que des acteurs de deux camps qui ont des positions qui semble irrémédiablement irréconciliable, les faire rasoirs. Les chefs religieux ont essayé, le FNDC a observer une trêve d’une semaine mais pendant ce temps le président a continué à poser les actes préparatoires référendum constitutionnel ? Comment ramener le président à la raison ?    

Je ne pense que les choses ont été posés dans les bonnes formes, depuis le début de cette crise, il y a un problème fondamental. Les personnes qui

Add a comment

loading...

Actualités locales

loading...