Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 323 invités et aucun membre en ligne

Contact Us!

Journal RTG & Autres vidéos

Journal RTG du 20 Août 2020 Journal Evasion du 18 Août 2020 Journal Espace du 20 Août 2020

Actualités Politiques

loading...

Actualités Internationales

loading...

Actualités économiques

loading...

Actualités sportives

loading...
loading...

Écologie-Santé

loading...

Opinions

loading...

Culture

loading...

Société

loading...
loading...

Revue des articles

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Dans son message du Nouvel An diffusé ce lundi 1er janvier 2024, le Syndicat de la Presse Professionnelle de Guinée (SPPG) annonce la reprise de la lutte face aux multiples entraves à la liberté de la presse en Guinée et émet un ultimatum envers les autorités de transition. Sekou Jamal Pendessa, le secrétaire général du SPPG, qualifie l'année 2023 de sombre pour l'exercice de la liberté de la presse dans le pays.

Après avoir exprimé ses vœux de Nouvel An aux acteurs médiatiques, le bureau national dresse un bilan « catastrophique » de l'année écoulée, marquée par des actes liberticides et des restrictions imposées aux médias guinéens, notamment en matière d'accès à Internet.

Sekou Jamal Pendessa rappelle les événements tragiques survenus le 16 octobre dernier lors d'une manifestation du SPPG, au cours de laquelle plus de 10 professionnels de l'information ont été violemment agressés alors qu'ils couvraient le blocus numérique infligé à Guinée Matin. Malgré ces actes, le gouvernement guinéen a minimisé ces agressions, renforçant ainsi les inquiétudes quant à la protection de la liberté de la presse sous la gouvernance du colonel Mamadi Doumbouya.

Add a comment

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Depuis sa résidence en Turquie, l'ancien président Alpha Condé continue de surveiller de près la junte qui a renversé le régime le 5 septembre 2021. Dimanche soir, il a appelé à une escalade dans la lutte pour le rétablissement de l'ordre constitutionnel.

Dans son discours du Nouvel An, il a exprimé sa reconnaissance et sa gratitude aux forces vives et aux acteurs politiques et sociaux qui « luttent pour libérer la Guinée d'une junte violente, haineuse et prédatrice ».

Selon Alpha Condé, la junte s'inscrit dans la « dynamique de confiscation du pouvoir ». A l’instar du scénario 2023, le projet de budget 2024 ne prévoit aucune disposition pour financer son départ. Cela envoie un message clair : « Nous sommes ici et nous restons ».

Il affirme que « depuis le vote historique de 1958 qui a fait de nos peuples des pionniers dans la reconquête de la souveraineté en Afrique, nous avons partagé une histoire d'espoirs et de déceptions, mais aussi de progrès. Nous avons toujours su dire non pour préserver nos libertés et notre indépendance. »

Add a comment

loading...

Actualités locales

loading...